• Ne sous-estimons pas la complexité de la douleur

    Publié le 13 août 2012 dans la catégorie Santé.

    Ne sous-estimons pas la complexité de la douleur que nous pouvons diviser en 3:

    Douleur aiguë –  La douleur aiguë correspond habituellement à une lésion tissulaire. C’est un symptôme qui a un rôle d’alarme, faisant percevoir à l’individu qu’une menace potentielle existe pour lui. C’est une douleur associée à une nouvelle blessure. Souvenez-vous que la douleur peut être dus à des dégâts réels  ou être un avertissement pour des dégâts imminents si nous ne réagissons pas.

    Douleur chronique – la douleur continue malgré la guérison tissulaire. Cela inclut les fibromyalgie, des genoux arthritiques, des hanches et du dos. Au-delà de trois à six mois la douleur, persistante et rebelle aux traitements usuels, est dite chronique.

    Douleur épisodique – c’est une sorte de douleur chronique qui est renforcée par des événements mineurs. Parfois elle est prise pour une nouvelle blessure.

    Si vous regardez autour de vous, vous verrez un tas de personnes faire des gestes de la vie quotidienne  causant des dégâts mineurs à leur corps (se sur étirer pour sortir les sacs de courses de la voiture; s’avachir dans une chaise longue, etc.)
    Si nous observons vraiment notre corps, nous remarquerons probablement les sensations de pression à travers notre corps et peut-être une certaine sensation qui indique quand nous sommes  dans une position qui n’est pas bonne pour nous ou que nous allons trop loin. Si nous sommes forts et sains, nos capacités sont souvent plus grandes – comme nous le voyons chez les sportifs professionnels.

    Ainsi, le premier traitement est prophylactique. Soyez conscients de comment vous vous déplacez ; amenez votre connaissance du yoga dans la rue !

    La douleur se trouve à l’intérieur de l’individu. Une approche non conflictuelle (mentale et physique) de cette douleur peut permettre de ne pas enclencher le cercle vicieux qui veut que quand il y a douleur, il y a tension; alors la douleur augmente, et vice versa. Maintenez votre corps en bonne santé, fort et souple pour les tâches que vous attendez de lui.

    La douleur est souvent la sonnette d’alarme  de quelque chose qui ne tourne pas rond, Les travaux de yoga sur le corps, pour réduire ou éliminer la douleur, aident le centre de la douleur du cerveau et règlent le mécanisme de contrôle situé dans le cordon médullaire.

    L’acte de commander le souffle dans des exercices de yoga réduit également la douleur. La souffrance tant physique que psychique réduit l’amplitude respiratoire. En apprenant à respirer d’une manière ample et régulière, les tensions relâchent peu à peu leurs pressions, l’espace en soi se libère, donnant accès à une meilleure condition d’être