• Chakras, la roue de la destinée

    Publié le 13 août 2012 dans la catégorie Pratique.

    Notre énergie, ou le prana, se déplace le long de canaux (nadi /méridiens) dans le corps. Ces méridiens sont reliés à nos organes physiques internes et à notre état émotif, psychologique, et spirituel. Toutes les parties et fonctions du corps sont reliées ; aucun problème ne peut être traité avec succès isolément. Le point de connexion des organes et des fonctions du corps correspond aux chakras. Ce sont des centres d’énergies situés dans le corps astral.

    Il y a 7 chakras majeurs, ils sont les points d’intersection des nadi, conduits par lesquels circule le prana, le chi ou l’énergie vitale. Chaque chakra a ses caractéristiques et correspond à une couleur, à un élément, dirige des fonctions physiques particulières, ce sont les organes vitaux de nos corps subtils. Ils correspondent aussi aux 7 glandes principales du système endocrinien.

    Par exemple, le premier chakra, à la base de la colonne, « Muladhara » correspond à l’élément « terre », il dirige nos besoins de survie, nos besoins essentiels (nourriture, racines, santé, famille, appartenance…), sa couleur est le rouge, il correspond au plexus du coccyx. Des problèmes avec ce chakra se manifestent souvent par des douleurs lombaires, dans les jambes, les hanches, comme la sciatique, ce chakra correspond aussi au sens, l’odorat. C’est parce que ce chakra est associé à notre instinct primaire et nos besoins fondamentaux, de nourriture et de sécurité, en d’autres termes, notre instinct de survie. Les troubles du premier se traduisent dans le second. Entraînant des maladies.

    Ces dysfonctionnements peuvent se matérialiser soit par le rétrécissement des chakras ou le ralentissement de leur vitesse de rotation, ce qui engendre une relative inactivité des organes ; soit par l’élargissement des chakras ou l’augmentation de leur vitesse de rotation, signe de problèmes physiques et émotionnels ; c’est ce dernier phénomène que l’on observe sur le chakras du plexus solaire lorsque les surrénales travaillent trop, à cause du stress.